Imprimer 

 

 

Les gilets jaunes ça nous fait pas peur avec Caro, du coup le 8 décembre direction Bordeaux ! Bon pas si courageux que ça on prend le train (2h30 au lieu de 8h en voiture depuis Paname c’est quand même sympa). Bordeaux, ses vignobles, sa Garonne, son miroir d’eau, des amis qui peuvent nous accueillir : ça fait envie.

 

Puis le weekend des 40 ans du club de Cestas et ses trois courses sont l’occasion rêvée ! Au programme une moyenne distance et une nocturne le samedi, puis une longue distance le dimanche. Ça va piquer quand même !

 

Départ le samedi matin très (trop) tôt pour attraper un Ouigo foireux qui part de Charles de Gaulle et qui s’arrête de partout sur le trajet… Faut savoir aussi, si tu veux des billets pas chers il y a une compensation en quelque part. Le trajet à pied de la gare à l’appart de nos amis se fait avec environ 50kg chacun sur le dos tellement on a pris d’affaires : on reste que deux jours mais le weekend est chargé entre les courses, les visites et les soirées.

 

Pas le temps de niaiser comme diraient certains et sitôt les pates avalées il faut aller s’égratigner les jambes sur une carte vertissime. Le tracé est plutôt typé sprint long vu la difficulté modérée du terrain mais du coup le rythme de course est intense dès le début. Caro accompagne des débutantes (les filles de notre hôte) sur le circuit vert (pour les petits) et met en avant toutes ses compétences pédagogiques pour leur faire rallier l’arrivée en maximisant le plaisir. Je prends aussi du plaisir sur la course mais j’ai encore du mal à gérer ce format de course très rapide où je multiplie souvent les fautes de décodage ou d’inattention. Je passe du coup un peu à côté de la course mais sans regrets.

 

Juste le temps de récupérer un peu qu’on repart pour le format de nuit qui nous attend afin d’ajouter une demi-heure de course au cumul du weekend. Caro a mal aux ischios et ne peut de toute façon rien faire de nuit avec ses ligaments tout neufs. Je m’élance avec ma super frontale sur une carte encore une fois bien verte et aux zones techniques où il faut sérieusement s’appliquer sous peine de s’envoler vers l’infini et au-delà. Dur de faire la course sans erreurs sur ce terrain difficile et j’en commets trois petites plus des imprécisions à plusieurs reprises. Mais finalement je gagne ! Bien content, je m’endors du repos du juste après le repas de fête des 40 ans du SAGC Cestas, ce qui fait une sacrée ancienneté pour un club de CO.

 

Dimanche, ô miracle, les jambes sont en forme et pas vraiment traumatisées d’hier (à part au niveau griffures de ronces où là j’ai pris le tarif). Départ sur le violet XL (on dirait le nom d’un menu mac do et c’est un peu flippant). Bon au final il n’y a « que » 10 bornes à vol d’oiseau et pas vraiment de dénivelé sur ces cartes plates. Je réalise une super course, j’ai la sensation d’aller vraiment vite, de naviguer aux sensations dans les fougères et les pinèdes ; mais il y a un mais… Deux postes (sur 22) que je foire vraiment (7’ sur l’un et 4’ sur l’autre) me recalent 9ème. C’est plutôt dommage parce que c’était vraiment pas des grosses erreurs mais la technicité des zones est tout de suite rédhibitoire : s’il y a un doute bim tu prends cher !

Pas de regrets, j’ai globalement la sensation d’encore progresser et d’apprendre, tout en allant petit à petit plus vite. Et je sors d’un beau weekend d’orientation avec en bilan 25 bornes d’orientation (dont quelques-unes de ronces) pour 2h30 de course. Et en bonus la découverte de la ville de Bordeaux et son formidable miroir d’eau qu’ils ont asséché juste avant notre arrivée.

CaroDavid

Actu David V