test


LA VIDEO DU TRAIL HIVERNAL 2018

ENFER ou PARADIS ?

 

Sur la ligne départ de cet ultra trail j'ai essayé de me préparer :

 -mentalement, chek list du positif : je vais me régaler, au menu parcours sauvage, du dénivelé, du technique, ambiance méditerranéenne dans le massif du Caroux, mélange de Corse et de réunion indiqué dans le descriptif, et avec les odeurs de garrigue, rencontre avec les mouflons sous un soleil estival !!L'aventure promet d’être belle.

 -physiquement : bof, le négatif revient au galo, toujours un doute causé par un entraînement en dents de scie ces derniers mois, pas bon, le canapé a été préféré quelque fois a la séance de côte !!

6666L'objectif est simple : TERMINER

Roquebrun-Lamalou les Bains 30 km  1500 D+

Départ 6 h du matin de Roquebrun après une bonne nuit de sommeil et avec un peloton à taille humaine (350 partants.  Sitôt sortis du village un gros raidillon marque le début du terrain de jeu, mais la suite du parcours alterne entre single dans la garrigue, montées en crêtes et pistes. Eviter de commencer à se mettre en ruine sur cette partie roulante mais caillouteuse, je suis restée en mode limace par rapport aux furieuses parties devant, je dois être 8iémé F, autant gérer pour la suite.

Lamalou-Mons la Trivalle  84 km  5545 D+

En plein dans le plat de résistance, à l'attaque du massif du Caroux plein les yeux et plein les cuissots. Des cailloux gros et petits, marches, des rochers qu’il faut passer avec des cordes, montées et descentes abruptes, montées ou descente de canyons avec une bonne baignade pour se rafraîchir, mais il n’y a pas de répit sur certaines sections il est difficile de courir, le temps passe vite mais les km ne tombent pas vite, j’arrive au ravito à 23 h  en mode zombie. Je fais une bonne pause pour essayer de m’alimenter et reprendre du poil de la bête

Mons-Roquebrun 116 km 7400 D+

Je repars pour les trente derniers km avec le moral au beau fixe grâce à un bon requinquage de la carcasse et à une remontée au classement fille (4iéme), sous une belle nuit étoilée avec le bruit des oiseux nocturnes dans la montagne, un peu de poésie dans ces montées de brutes interminables à finir de gravir. Ne pas craquer et lutter dans la montée au pic de Naudech, 700 D+ à travers le parcours de descente VTT enduro, c'est passé et maintenant bien gérer les dernières difficultés et surtout éviter de prendre une mauvaise gamelle dans les descentes.

Le gros coup de mou de la fin de nuit plane depuis quelques km, mais le dernier ravito est atteint il reste 7 km, ça sent bon le final, une sensation libération me fait retrouver des ressources pour accélérer sur une fin de parcours un peu plus roulante et savourer les derniers mètres dans Roquebrun atteint à 7 h du matin.

J'ai du mal à réaliser que j'ai bouclé ce parcours dantesque mais cela reste une victoire avec  mon équipe de choc Olivier et Romane qui m'ont soutenue et forcé a m'alimenter pendant ces 24 h.

Un trail pour découvrir une face cachée de l’Hérault, du brut et du sauvage, mais avec une ambiance familiale et toujours de super bénévoles. En attendant canapé et chaise longue bien mérité pour refaire les niveaux, éviter d'abuser des boissons de récup gagnées et préparer le prochain challenge la TDS fin Août.

Actu Françoise B