Traversée Nord de l’Echappée belle 2017
Plusieurs mois que j’étais inscrite a cette course à la réputation difficile. 

Le parcours: 85 km 6000md+ 7200 m d- du Pleynet (les Laux) jusqu' à Aiguebelle porte d’entrée de la Maurienne. 

 EB_2Samedi 26/8, 6 heures, me voici au départ avec Stéphane sous une pluie fine dont on rêvera quelques heures plus tard sous la chaleur qui nous attend. 

J’ai une appréhension inhabituelle car j’ai hésité jusqu au dernier moment à venir a cause d’une entorse de cheville droite faite mi juillet et qui m’a empêchée de suivre le programme prévu. 

 Je fais donc un départ prudent comme d’hab jusqu'à Gleyzin km 18, 3h10 avec un joli mur de 1000 m de dénivelé en 6km comme amuse bouche, à la queue leu leu. 

Je retrouve François au ravito aux petits soins avec les filles. Tout va super bien. Le seul hic est, je le savais des le départ, de ne pas bien savoir quoi manger sur une durée aussi longue et une épreuve aussi dure. Les gels passent en général bien et j en ai prévu beaucoup me forçant a les ingérer toutes les 45 min comme sur une course plus rapide et courte, plus fraiche aussi. 

 Le jour s'est levé et le soleil tape dans la montée du col de Moretan, mur de 1600 md+ en 5,5 km.Je profite de chaque ruisseau pour tremper ma casquette. 

 J'aime ces montées caillouteuses et ces pierriers. La descente de 1200 m d- se fait au pas au départ puis après plus courante. La chaleur est vraiment présente. 

 Allez 500 m d+ encore en 3 km et c'est l’arrivée a Super-Collet en 8h30 pour 37 km. Rythme de fourmi!

Je prends 1/4 h pour recharger les batteries et je ressens les premières gènes gastriques.Les prochaines 5 h jusqu'au R4 seront vraiment difficiles. Montée en plein cagnard par les pistes de ski puis la montée du col d'Arpingon, interminable psychologiquement et pour ma digestion: arrêt de vidange gastrique. 

Pourtant les jambes vont bien en descente notamment. Aucune douleur. 

J arrive à Val Pelouse avec des nausees. J'apprends que Stéphane a abandonné victime d un coup de chaud. 45 min de pause à essayer de me réalimenter car depuis 2 heures je n avale presque rien. Je tente de repartir mais je vomis et le mental n y est pas avec la nuit qui vient de tomber. Retour à Val-Pelouse pour un abandon logique et raisonnable. 

 Dommage car j'étais remontée progressivement et les jambes pouvaient suivre. 

L apprentissage continue sur le long!

Actu Mag' S