Club XTTR63 - 18 mars : Marathon des Glières
test


LA VIDEO DU TRAIL HIVERNAL 2018

Marathon des Glières ou comment bien préparer sa course !

2 semaines avant la course, je me blesse du coup toute la semaine qui a suivi je n’ai pas fait de sport mais je me suis rattrapé sur les repas et apéros.

Au début de la semaine, bien content plus de douleur, cool je peux me remettre au sport. Du coup tous les soirs je me fais bien mal aux jambes et aux bras. Le mardi je regarde mon agenda pour ce weekend et je vois que j’avais coché le marathon des glieres en skating. Je vais sur leur site et j’ai le droit de payer 10€ supplémentaires car fallait s’inscrire avant mardi 00.00h, pas cool.

Le samedi, je me dis repos, je vais donc rejoindre les potes pour sortir en spéléo.  Effectivement en spéléo tu fais pas travailler tes jambes comme en ski, mais tu laisses quand même un peu de jus. Le problème c’est surtout l’after spéléo. Méga content après explosion d’avoir découvert une nouvelle galerie avec 3 potentiels chemins, ma soirée repos prévu au départ se transforme en gros apéro et fondue savoyard. En plus c’est la saint patrick !

Je rentre chez moi tard, je prépare mes affaires pour la course, et bien sur avec tout ce que j’ai ingurgité, j’arrive pas à m’endormir. Le réveil sonne à 6h30 ça doit faire environ 3 h de sommeil, c’est pas grave de toutes façon faut y aller. Comme j’arrive dans les derniers ma voiture est garé à 3 km du point de départ, je prends mes affaires et je vais récupérer mon dossard. Sur la ligne de départ je me demande vraiment qu’est ce que je fais là, j’ai envie de dormir et je n’ai toujours pas digéré la fondue.

La course se passe sur le magnifique plateau des glieres, altitude 1450m, dans le massif des Bornes. C'est un lieu magnifique mais aussi chargé d'histoire (haut lieu de la résistante durant la seconde guerre mondiale). 2 tours différents nous attendent,  22km pour le 1er avec 220 de d+ et  309 de d+ pour le 2ème.
Pas de neige ni pluie prévu aujourd'hui, nuageux, -1 degré, ça c’est cool ! Le départ est donné à 9h, on pousse tous sur les bâtons pendant 500m avant de pouvoir skier.

Que c’est dur je pensais que j’allais avoir mal aux jambes, c’est  le cas, mais le pire c’est les bras, je n’ai aucune énergie, tant pis je ferai les 42 km tranquillement. La neige est pas trop mal, ça pourrait être mieux mais surtout bien pire.

Vu mon état et mon niveau technique, je décide de ne pas me prendre la tête et de faire que du 2 temps, je pense avoir bien fait.
Le premier tour est laborieux, j’ai l’impression que je fais que monter.
Je boucle les 22 km en 1h45. Le début du 2éme tour est cool un long plat, je me refais physiquement et psychologiquement.  Là où je me suis fait le plus plaisir c’est la fin, je me sentais enfin bien, il était temps. Une dernière monté de 20minutes dans laquelle j’ai pu doubler quelques coureurs. Puis le final était génial je sors de la descente et j’aperçois du monde devant moi, il me reste un km pour les doubler, je donne tout ce que j’ai et ça passe 10 m avant la ligne.

Je franchis la ligne en 3h11 en 256éme position Je voulais faire une course de skating cette année,  ça c'est fait, trop content.
L'objectif était de passer sous les 2h45, ça sera la prochaine fois.

Ah oui j'oubliais, vin chaud à la fin marathon c'est meilleur et tout aussi efficace que ces boissons de récupération. Vivement la suite sur l'Assaut du Grand Massif le week-end prochain, mais cette fois en ski de rando

Actu Matthieu L